Des étudiants ingénieurs français construisent une école dans le district de Rudaki

Des étudiants ingénieurs français construisent une école dans le district de (...)

Arrivés au début du mois de mars, les 56 étudiants en dernière année de l’école d’ingénieurs ISA BTP (Institut Supérieur Aquitain du Bâtiment et des Travaux Publics) ont achevé le 7 avril la construction de deux bâtiments, abritant 6 salles de classe, dans le village de Mindijar (district de Rudaki). Ce projet ambitieux entièrement conçu et financé par les futurs ingénieurs est le résultat de longs mois de travail de conception et de longues journées sur le chantier malgré les pluies diluviennes suivies par les vagues de chaleur du printemps tadjik.

L’école ISA BTP, créée il y a plus de vingt ans, est une école publique en 5 ans d’études post-bac et fait partie de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA). L’école se situe à Anglet, sur le campus de Montaury, où sont regroupées les formations scientifiques de l’UPPA.

Chaque année, elle forme des promotions à taille humaine - une cinquantaine d’étudiants - investis au cours de leur dernière année d’étude dans un projet humanitaire supervisé par l’association de l’école HUMAN’ISA. La promotion 2018 a choisi de construire une école parasismique et bioclimatique au Tadjikistan. C’est la première fois qu’un projet humanitaire de l’HUMAN’ISA est réalisé en Asie centrale.

L’association HUMAN’ISA XVIII, créée en 2016, a rassemblé près de 170 000 euros pour mener à bien ce projet de construction d’une école au Tadjikistan. C’est le village de Mindijar, dans le district de Rudaki, à l’ouest de Douchanbé qui a été choisi, les infrastructures en place très détériorées ne permettant pas d’accueillir les élèves dans de bonnes conditions. Dans le but d’offrir au village de Mindijar un projet durable, les étudiants ont conçu deux bâtiments aux normes parasismiques et bioclimatiques et ont fait le choix d’une construction en bois.

La conception du projet s’est faite avec l’appui de l’ONG française GERES. Présente depuis 2011 au Tadjikistan, le GERES développe des projets visant à améliorer les revenus et les conditions de vie des foyers ruraux les plus vulnérables du pays. Pour ce faire, l’ONG met en œuvre les techniques bioclimatiques dans la construction d’habitats ruraux.

Les futurs ingénieurs ont construit deux bâtiments dotés de trois classes de 40 m2 chacun en un temps record. Ces bâtiments ne sont pas seulement très beaux, ils ont été conçus pour résister aux séismes les plus forts, maximiser les apports de la lumière et de la chaleur naturelles afin d’offrir de bonnes performances énergétiques. Ils sont également dotés de 8 sanitaires et d’un local qui accueillera prochainement une chaudière. Grâce à cette agrandissant l’école de Mindijar, ce sont près de 300 élèves âgés de 7 à 18 ans qui vont pouvoir étudier, 150 le matin et 150 l’après-midi.

Les nouveaux bâtiments de l’école ont été inaugurés le samedi 7 avril en présence du vice-ministre de l’Education, M. Mirboboev, du gouverneur du district de Rudaki, de l’ambassadrice de France, Mme Yasmine Gouédard, de représentants du district, du village et de l’école, de l’ensemble des étudiants d’HUMAN’ISA, de leurs professeurs et directeur, M. La Borderie, et des habitants de Mindijar.

La cérémonie s’est déroulée dans une atmosphère chaleureuse et festive, les autorités tadjikes ayant fait venir pour l’occasion des musiciens et danseuses ainsi que des artisans pour présenter leur savoir-faire et leurs productions. Dans leurs discours, les autorités tadjikes ont chaleureusement remercié les étudiants à l’initiative du projet et rappelé que de nombreuses autres écoles de la région demeuraient en mauvais états. Elles ont exprimé le vœu de continuer à collaborer avec de futurs ingénieurs, avec l’ONG GERES et l’ambassade de France, qui a, à l’occasion de l’inauguration, apporté des livres offerts par Biblionef pour le plus grand bonheur des jeunes élèves de cette école.

Sur le même sujet

Retour en haut