Nuit des idées à l’ambassade de France

Nuit des idées à l'ambassade de France

Le 31 janvier 2019 a eu lieu la première édition de la Nuit des Idée au Tadjikistan avec une soirée intitulée « Face au présent : les femmes et l’art » à la Résidence de France. Articulée en trois séquences, cette soirée était composée d’une exposition, de débats et de la projection d’un film court.

La Nuit des idées est une initiative de l’Institut Français, qui se traduit par l’organisation d’événements dédiés à la pensée dans le monde entier, le même jour, sous un thème commun et renouvelé chaque année. Elle vise à engager un dialogue constructif afin de célébrer la circulation des idées, à travers des débats et propositions artistiques en tous genres.

Discoursd'ouverture par Yasmine Gouédard, ambassadrice de France au Tadjikistan.

Cette année, le thème proposé par l’Institut Français était « Face au présent ». L’ambassade de France, avec le concours du Centre Culturel Bactria, a choisi d’y répondre avec une soirée intitulée « Face au présent : les femmes et l’art », invitant les participants à discuter des représentations artistiques et idéologiques des femmes au Tadjikistan, pour aborder les défis actuels de l’égalité des genres par le biais de la création artistique.

La soirée a débuté par l’ouverture d’une exposition de portraits de femmes réalisés par de jeunes artistes tadjiks. Cela leur a permis de s’exprimer sur leur production, mais également de soulever des questions liées à la représentation des femmes dans l’art ou à la liberté de créer des femmes artistes au Tadjikistan. Étaient exposés Nasiba et Mehribon KARIMOVA, Manizha ADULLAEVA, Maksud MIRMUHAMEDOV et Marifat DAVLATOVA. Pendant l’exposition, un buffet était servi par l’association Tchatr, qui œuvre pour l’insertion de femmes en difficulté grâce à son café social.

Le public s’est réparti en trois groupes de discussion, devant permettre à chacun de s’exprimer dans la langue de son choix. Les invités ont ainsi rejoint une table ronde en langue tadjike, animée par le philosophe M. Mehmosho SHARIFI, une autre en langue russe animée par le directeur du Centre Culturel Bactria M. Sergey CHUTKOV, ou une table en langues française et anglaise modérée l’ambassadrice de France, S.E. Mme Yasmine GOUÉDARD. Lors de l’organisation de l’événement, nous avons veillé à ce que chaque groupe compte des artistes tadjiks, des intellectuels de renom et des représentants d’organisations liées au sujet afin de garantir la richesse des débats autour de chaque table.

En conclusion de cette soirée, un film court de l’artiste et réalisatrice Alla RUMYANTSEVA a ensuite projeté. Son film, intitulé « J’ai rencontré une fille », reprends le titre et des séquences du film réalisé en 1957 par Rafail PERELSTEIN. On y voit une jeune femme rêvant de devenir chanteuse, alors que son père le lui interdit et la pousse au mariage. Ces extraits sont confrontés à des interviews de femmes tadjikes contemporaines, à qui la réalisatrice avait demandé si elles ont pu réaliser leurs rêves. Les points de rencontres entre les images documentaires actuelles et fictionnelles anciennes soulignent l’importance de la question de la liberté des femmes dans la société tadjike.

Cette soirée a ainsi été l’occasion de rappeler l’engagement de cette ambassade en faveur de l’égalité entre femmes et hommes, priorité du Président Emmanuel Macron, ainsi que son soutien à la jeune création artistique tadjike, au cours d’une soirée chaleureuse où chacun était libre de s’exprimer librement !

Dernière mise à jour le : 11 mars 2019
Retour en haut