Visites des maternités de Yavan et Boktar en présence du docteur Foulques

Visites des maternités de Yavan et Boktar en présence du docteur (...)

Le 20 février, l’ambassadrice de France au Tadjikistan, Yasmine Gouédard, accompagnée du docteur Henri Foulques, médecin-gynécologue français, ont visité deux maternités tadjikes dans les villes de Yavan et Boktar. Cette visite avait pour but d’évaluer les infrastructures de ces maternités, ainsi que les besoins en termes d’équipements et de formation.

Les villes de Yavan et Boktar se situent dans la province de Khatlon, au sud-ouest du Tadjikistan. Il s’agit d’une des provinces les plus peuplées du pays. L’économie de la région a longtemps été dominée par l’agriculture, mais est désormais principalement industrielle. Du fait de sa démographie, il est primordial que la province de Khatlon soit dotée de centres hospitaliers et de maternités en capacité d’accueillir la population.

La maternité de Yavan a été inaugurée il y a trois ans par le président tadjik, Emomali Rahmon. Elle est la maternité la plus importante des environs, même s’il existe d’autres centres médicaux où officient des sages-femmes et où se déplacent les gynécologues de la maternité de Yavan en cas de besoin. La visite de l’établissement a été faite par le directeur de la maternité et M. Sherali Rahmatulloev, directeur du département des services médicaux aux mères et enfants et du planning familial.

Le directeur de la maternité de Yavan a expliqué que son établissement, en dépit des bons résultats obtenus depuis son ouverture, avait besoin d’équipements supplémentaires et de formations pour les équipes. Il a jugé la formation de ses médecins et infirmières primordiale. Il a également insisté sur l’importance de la prévention en matière d’hygiène auprès des jeunes parents, pour lutter notamment contre les pathologies infantiles.

La maternité de Boktar (capitale de la province de Khatlon) est quant à elle la plus grande structure de la province. Elle compte près de 630 lits. Il existe un réseau de cliniques dans la région mais les cas les plus problématiques et les plus graves sont examinés dans la maternité de Boktar. Cette maternité fait aussi état d’un manque de personnel et d’équipements sophistiqués pour contrôler le bon déroulement des grossesses et traiter les cas de naissance prématurée, d’autant que, comme le rappelle le directeur de la maternité, les cas d’anémie chez la mère sont extrêmement courants et donnent lieu à des complications durant la grossesse.

JPEG - 876.8 ko

L’ambassadrice de France au Tadjikistan, Yasmine Gouédard, et le docteur Henri Foulques en présence du directeur et de l’équipe médicale de la maternité de Boktar

Cette visite du docteur Foulques a été organisée dans le cadre d’une étude en cours afin de mettre en place une coopération dans le domaine de la santé. Elle a également permis d’effectuer une visite au sein de la maternité n°1 de Douchanbé et d’avoir des échanges très constructifs avec Zafar Huseinov, docteur au centre d’oncologie, et Ilhom Bandaev, directeur du centre éducatif et de la clinique républicaine de Douchanbé.

Dernière mise à jour le : 10 mai 2018
Retour en haut